Français Español English 

Vous pourrez découvrir ........

Au travers de ces diaporamas, vous pourrez découvrir les principaux sites touristiques de la région de Milhars

Milhars

Milhars est situé au confluent du Querçy, du Rouergue et de l'Albigeois.
Petit bourg dans le triangle, Cordes sur Ciel, St Antonin Noble Val , Najac, C'est un lieu de villégiature idéal pour découvrir les paysage du Tarn et la région des Bastides
Visitez milhars, le village des fleurs

Cordes sur Ciel

Située au carrefour de Quercy, du Rouergue et de l'Albigeois, Cordes-sur-Ciel ne manque pas d'impressionner par sa prestance et son allure. Dominant la vallée du Cérou, elle se dresse fièrement sur son piton rocheux qui donne l'impression de la porter au plus haut des cieux.

Un peu d'histoire : Erigée en 1222 par Raymond II, comte de Toulouse, pour guetter l'ennemi et résister aux troupes de Philippe Auguste, alors en croisade contre les Albigeois, Cordes fut un haut lieu du catharisme. Cette bastide de défense paya un lourd tribut à l'Inquisition, ce qui ne l'empêcha pas à la fin du XIIIème siècle de devenir un important centre de commerce. Ses ruelles étroites, ses murailles fortifiées et ses pittoresques échoppes sont le reflet de cette histoire mouvementée.

La ville : En parcourant ses rues pavées, ses escaliers, ses passages voûtés, vous découvrirez le charme de cette ville aux cent ogives. Elle réserve mille et une surprises. Par la porte en pierre de l'horloge, on accède par exemple à la Barbacane et sa tour. Il faut ensuite se diriger vers l'imposante porte du Planol afin de pouvoir pénétrer dans l'enceinte de la cité. Là, ses grandes maisons gothiques tout comme ses demeures plus modestes en torchis ou en brique révèlent le caractère pittoresque de cette ville. Sur la grande place de la Halle, on découvre le vieux puits médiéval. En prenant le chemin de ronde qui contourne l'enceinte de la ville, une vue panoramique sur la campagne environnante se laisse contempler. Cordes est aussi le refuge d'une cinquantaine d'artistes et d'artisans d'art dont il est possible de visiter les ateliers.

Cette cité médiévale ravit par ses mystères et ses légendes qui lui confèrent son cachet exceptionnel.

Albi

L'origine du nom "Albi" reste du domaine des hypothèses. Il pourrait venir de Alp préfixe celte signifiant lieu escarpé ou oppidum, ou de Albius, nom d'un notable vivant à Albi à l'époque romaine, ou encore de alba (blanc en latin) des falaises calcaires entourant la ville. On note aussi l'orthographe (vieillie) d'Alby.

Aux XIIe et XIIIe siècles, Albi fut un important centre d'implantation du mouvement religieux cathare. Le catharisme, jugé hérétique par l'Église catholique, fut violemment réprimé lors de la croisade contre les Albigeois. Mais Albi est aussi un pôle d'innovation prometteur avec l'école des mines d'Albi Carmaux (ex : recherches sur l'énergie solaire, les voitures et les carburants propres) La ville met en avant ses atouts naturels (climat agréable et paysages) et culturels pour développer le tourisme vert, qui est en expansion. Par ailleurs, la ville fait des efforts soutenus pour améliorer et embellir la ville : la place du Vigan, ainsi que, tout récemment, celle de la Cathédrale, ont été entièrement refaites, au plus grand bonheur des habitants et touristes .

ST Antonin Noble Val

Situé au confluent de deux rivières, l'Aveyron et la Bonnette, le lieu s'est appelé Condat (confluent) dès l'époque Celtique, puis Nobilis Valis (Noble Val) à l'époque Romaine.

Antonin est venu évangéliser les Ruthènes au début de l'ère chrétienne. Martyrisé à Pamiers, sa dépouille est revenue à Condat dans une barque tirée par deux aigles. À cet endroit, au VIIIème siècle, s'est construit l'Abbaye de Saint-Antonin. La ville s'est développée plus tard autour de cette abbaye et a pris le même nom.

Saint-Antonin est aujourd'hui une station verte de vacances où il fait bon se promener dans les rues étroites aux noms évocateurs où à chaque pas vous découvrez un témoin de douze siècles d'histoire.
« Mais nous sommes dans un musée ! ».
Ainsi s'exclamait Viollet-le-Duc lorsqu'il découvrit la « petite ville de Saint-Antonin » un jour de septembre 1842.

Najac

La forteresse royale de Najac a été construite en 1253 par Alphonse de Poitiers (frère de Saint-Louis) afin de maîtriser une population hostile à son égard. 
Construite en dix ans par deux mille personnes venues du royaume de France, ce château bénéficia de la plus haute technologie de l'époque tant sur le plan architectural que militaire. 
C'est sur un ancien château fort du XIIème siècle construit par Bertrand de Saint Gilles, 
fils de Raimond IV, comte deToulouse, que s'érigea la forteresse. Les courtines de huit mètres de hauteur furent surélevées jusqu'à vingt trois mètres interdisant ainsi toute attaque au grappin ou à l'échelle. Cinq tours rondes furent également greffées sur l'ancienne fortification. Le donjon de ses trente huit mètres de hauteur sur lesquels s'étagent trois niveaux d'archères,n'a rien perdu de sa magnificence ; il surplombe l'Aveyron de deux cents mètres de hauteur. Les archères du rez-de-chaussée avec six mètres quatre vingts d'ouverture verticale, sont les plus hautes au monde, chacune d'elles abritaient trois archers. La place me manque pour vous parler du réseau de communication intérieur qui est un véritable labyrinthe. Une gaine relie le donjon à 
la tour carrée ; toute une suite d'obstacles déjouait un éventuel assaillant. 
Une garde de trente hommes assurait la sécurité ; au son du toxin deux cents soldats se repliaient dans la forteresse pour en assurer la défense. Il est dit que par tous ses moyens défensifs et de communication le château de najac était inexpugnable. Il le fut car en cent ans aucune révolte ne vint troubler ces régions tombées en 1271, à la mort d'Alphonse de Poitiers et de Jeanne de Toulouse, dans la couronne de France. Mais il 
ne faudrait pas oublier que d'autres moyens plus pacifiques furent employés pour décentraliser et affaiblir des villes rebelles comme Najac, ce fut alors la construction des bastides, villes géométriques et sécurisantes dont Villefranche de Rouergue est le type même. Affranchies de l'impôt, ces villes attirèrent vers elles une forte population. 
Najac perdit également au XIIIème siècle sa sénéchaussée au profit de Villefranche de Rouergue. 
Si Najac comptait trois mille habitants au XIIIème siècle, on n'en compte plus aujourd'hui que deux cents.

Penne

L'origine de Penne remonte au début de l'humanité, lorsque des groupes de personnes se sont installés dans les gorges calcaires de l'Aveyron. Du château bâti au XIII°, il ne reste que des ruines qui surplombent le village aux vieilles ruelles pavées, bordées de maisons de pierre.
Dressée sur son étroit piton rocheux, Penne domine la campagne et les forêts environnantes.

Un château se dresse dès l'époque Mérovingienne. Vers 1140, les Templiers ont des biens dans la châtellerie de Penne. Plusieurs d'entre eux résident alors dans la paroisse de Sainte Marie-Madeleine des Albis (où fût découvert la grotte de la Madeleine des Albis en 1952), sur la rive droite de l'Aveyron. Rien n'atteste que le château fut une possession templière, mais il est sûr que les seigneurs le possédant était liés au temple, car celui ci protégeait le chemin de la vallée menant à Montricoux.

Bruniquel

Découvrir Bruniquel, c'est suivre des chemins fleuris, franchir de vieilles portes ouvertes dans les remparts ou écouter l'horloge du beffroi. Tout séduit le regard : une figure sculptée, une fenêtre géminée, un pas de demoiselle ou une porte cintrée. En hauteur, se dresse le château, vieux de six siècles, et la maison Payrol cellier du XIIe siècle.

Vaour

Le festival L'Eté de Vaour a été créé en 1986 par des amoureux du spectacle vivant, en collaboration avec le Prato de Lille. La petite fête entre amis est devenue au fil du temps un événement majeur du département du Tarn et de la Région Midi-Pyrénées.
Le festival a grandi, accueille aujourd'hui plus de 12.000 personnes contre 1.600 en 1986 et occupe désormais toutes les places et placettes du village.
L' association a à coeur de montrer que la vie culturelle ne s'arrête pas aux limites des villes, que des spectacles de qualité peuvent se jouer en milieu rural, comme le prouve L'Eté de Vaour, festival convivial et à taille humaine.
L' association, avec le Théâtre de la Commanderie, travaille à développer son action pour que la culture vive aussi à l'année en milieu rural.

La Route des vins de Gaillac

Ces vins fabuleux que vous pourrez déguster tout au long de la route entre Cordes sur Ciel et Gaillac.


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 24 janvier 2017